mardi 17 avril 2018

Polarité et spiritualité (3) : l'EAU: détachement vs attachement !


Nous abordons maintenant une énergie plus dense, enracinante, une énergie féminine et centripète, c'est-à-dire tournée vers l'intérieur. C'est le lieu de notre intuition, de notre réceptivité, de notre créativité et de tout l'aspect féminin des choses. C'est le monde de l'irrationnel et de l'inconscient. L'élément Eau est notre connexion la plus profonde avec le monde spirituel de par son essence qui est Je Ressens !

Tandis que l'Air nous mettait en relation avec l'environnement, l'Eau exprime les relations les plus profondes: la relation avec l'univers (l'invisible) et la relation parentale. Cette dernière étant la relation la plus profonde, intime et impliquante qui soit, considérant la symbiose durant la grossesse et la petite enfance, l'éducation et le fait que génétiquement et vibratoirement, nous portons nos parents en nous. C'est d'ailleurs le détachement le plus difficile, mais le plus libérateur à faire: se libérer de notre histoire personnelle et devenir notre propre parent. En effet, l'enfant "souffrant" que nous avons été, continue à vivre en nous et à réclamer l'amour qui n'était pas toujours au rendez-vous selon lui. Cet enfant "contamine" l'adulte que nous sommes devenus et nos réactions face à l'environnement sont souvent teintées de ce manque qu'il a vécu. C'est pourquoi il est primordial de devenir notre propre parent pour s'occuper enfin des besoins de notre enfant intérieur et lui donner tout l'amour qu'il est légitimement en droit de recevoir.

Enfants, les dominantes Eau se sont très souvent vues nier leur ressenti par l'environnement qui, probablement de bonne foi, voulait changer un état d'âme qu'il considérait négatif ou (de moins bonne foi) dérangeant pour lui. Ces enfants ont donc enregistrés qu'ils ne devaient pas se fier à leur ressenti, que celui-ci n'avait aucune valeur et était même ridicule. Ce qui devient déroutant pour la personne en devenir et même handicapant dans sa relation aux autres. Nous ne pouvons jamais mettre en doute ces informations qui montent de l'intérieur. Certes, nous pouvons les juger, les transformer ou les mettre à notre service, mais jamais les nier. Et c'est là la plus grande difficulté pour les dominantes Eau.

Nous avons tous enregistré depuis notre plus tendre enfance que l'attachement est une preuve d'amour envers les autres. Quant au détachement, il a été défini comme de l'éloignement, de l'indifférence, voire de l'égocentrisme. Comment peut-on aspirer à être totalement heureux quand nous plaçons les attentes de l'environnement avant nos propres besoins ? Dans l'attachement, le but est de satisfaire l'autre ou d'essayer de le contrôler pour ne pas risquer de le perdre. Ce qui empêche la plupart du temps l'expression de leur ressenti, de peur encore une fois que l'autre exprime son désaccord face à celui-ci comme ça leur est si souvent arrivé dans le passé.


                                      


Selon le Bouddha, c'est l'attachement qui cause la souffrance et c'est le lot de tout le monde, peu importe la dominante énergétique. Cependant, la tâche des personnes à dominante Eau (Cancer, Scorpion, Poissons, signe ou ascendant) est plus lourde et il est beaucoup plus difficile pour elles de se libérer de l'attachement. Pour se faire, elles doivent cultiver, consciemment et sans relâche, le détachement qui leur permettra d'être plus en contact avec elles-mêmes, plus amoureuses d'elles et par conséquent, plus amoureuses de l'environnement.

Une personne détachée est forcément plus adaptable, son esprit est plus souple et elle se libère plus facilement du passé et de ses vieilles croyances pour accueillir des idées nouvelles. Cette personne est plus en contact avec ses sentiments et ses émotions sans pour autant se laisser dominer par eux. Il est aussi plus facile d'aimer dans le détachement car en se respectant, donc en s'aimant, il n'y a plus de raisons d'avoir peur de blesser ou de perdre l'autre. Bien au contraire, dans le détachement nous pouvons accueillir l'autre dans sa réaction, sans la prendre personnel, sans culpabilité ni attentes. Charité bien ordonnée commence par soi-même et l'amour de soi est la condition indispensable pour pouvoir manifester réellement son amour à l'environnement.


L'Eau représente l'inconscient,  mais les personnes dominées par cet élément ne sont pas toujours capables de traduire ce ressenti en mots ou en action ce qui peut les amener à vivre de la confusion émotionnelle, de la victimisation et même de la dépression. Toutes les dépendances (attachement), drogue, alcool, jeu, nourriture, travail, relation affective, etc. sont aussi reliées à cet élément. Ces dépendances ont pour but de leur procurer une (fausse) paix intérieure en les empêchant de contacter leur ressenti qu'elles pensent ne pas pouvoir communiquer et surtout assumer. 

Assumer est ici la clé pour se vivre plus harmonieusement et c'est là que le bât blesse surtout pour la gent féminine à dominante Eau. L'eau est de par nature un élément féminin et assumer fait référence à l'affirmation de soi de l'élément Feu qui lui est masculin. L'énergie Feu est mature autour de l'âge de 2-3 ans et pour tout le monde, il commence déjà à cet âge à être brimé par l'environnement. (Je développerai cet aspect dans une autre chronique). Donc, ce Feu masculin leur est "refusé", car s'il est plus acceptable de voir deux petits garçons se chamailler et se mettre en colère (Feu), il est moins convenable de voir une petite fille faire de même.

Ce qui a pour conséquence que la petite fille à dominante Eau est doublement pénalisée car non seulement on lui refuse son ressenti, mais on l'enferme en plus à double tour en lui refusant également de développer l'aspect masculin de son être, l'affirmation. Le garçon à dominante Eau peut être tout aussi confus émotionnellement, mais il est quand même plus avantagé que la fille à cause de son masculin (Feu) de base. Le feu étant une énergie centrifuge, c'est-à-dire tournée vers l'extérieur, le garçon prendra plus de risques pour affirmer son ressenti et le défendre si l'environnement le conteste.

L'Eau quant à elle, est mature à la puberté et voici un autre moment de confusion pour les femmes à dominantes Eau. En effet, à la puberté, au lieu de célébrer le féminin, on insiste plutôt sur le fait que maintenant la vie devient problématique et même dangereuse. La femme en devenir sera inconfortable et même souvent souffrante, une semaine par mois pendant les 40 prochaines années et l'épée de Damoclès d'une grossesse non désirée ou d'une maladie transmise sexuellement, est toujours présente. De plus, la "faible" femme est souvent une victime potentielle du pouvoir mâle et doit mettre les bouchées doubles pour justifier sa valeur.

On dit qu'on ne juge pas les gens d'après leurs paroles, mais d'après leurs actes. Donc, les dominantes Eau ne devraient jamais essayer de convaincre l'environnement de ce qu'elles ressentent, ni de se justifier de quelque façon que ce soit. Elles doivent être à l'écoute de leur monde intérieur et agir en accord avec lui. Comment faire ? En cultivant le détachement bien sûr, mais surtout en développant le courage de se re-connaître ! Le courage est la vertu de l'élément Terre dont la détermination, la solidité et l'endurance font aussi partie. Cet élément Terre va encadrer l'Eau en lui donnant une contenance, comme le fond d'un lac qui supporte et contient l'eau. Ce support va lui donner confiance pour créer sa vie (Feu) selon ses propres valeurs et aspirations. Cette confiance va l'aider à ouvrir son coeur (Air) pour finalement lui permettre d'accéder à la Paix et au Je suis de l'Éther.

En conclusion, le psychanalyste Saverio Tomasella nous rappelle que "dans l'inconscient, il y a tout ce qui nous gêne et que nous refoulons, enfouissons, mais également l'infini trésor de notre potentiel. Notre inconscient nous rappelle que nous avons une vie intérieure incroyablement riche et c'est seulement à la lumière de la conscience que nous pourrons mettre à jour nos infinis possibles."


Aucun commentaire:

Publier un commentaire